French flag United Kingdom flag



Histoire de la statue de la Liberté


La statue de la Liberté est relativement récente, en regard des autres monuments historiques du Monde. Aussi son histoire n'est-elle pas à la hauteur de la Cité Interdite à Pékin, par exemple, ou de la ville de Pompéi, en Italie.

Ce site présente aussi une chronologie simplifiée des événements ayant été subit par la statue de la Liberté, de sa genèse à nos jours. (Chronologie simplifiée)


1865 : Origine du projet

L'aventure de la statue de la liberté commence le 21 avril 1865, en France, plus exactement à Glatigny, une commune située dans le département de la Moselle à douze kilomètres au nord-est de Metz. Ce jour-ci eut lieu une réunion de républicains, amoureux des Etats-Unis, souhaitant célébrer l'abolition de l'esclavage dans ce pays. L'histoire leur fit célébrer, hélas, la mémoire du président américain Lincoln qui venait tout juste de se faire assassiner, six jours auparavant. Lors de ce diner l'organisateur de la réunion, le politicien Édouard de Laboulaye, professeur au Collège de France, fit un discours d'une rare verve qui subjugua l'assistance, discours durant lequel il proposa l'idée de la construction d'une statue gigantesque à offrir aux Américains pour sceller l'amitié entre les deux pays. Dans l'assistance se trouvait le sculpteur alsacien Auguste Bartholdi, ami de Laboulaye, et qui travaillait déjà à une telle statue destinée à orner l'entrée du canal de Suez. Elle avait pour but de magnifier le génie Français. On proposa alors à Bartholdi de changer la destination de sa statue, ce qu'il accepta. Il faut dire que l'idée de concurrencer l'antique phare d'Alexandrie par une merveille des temps modernes était plutôt tentante.

L'Egypte éclairant le Monde

L'Egypte éclairant le Monde

Ainsi fut lancée l'idée folle de construire une statue gigantesque à offrir aux Etats-Unis pour les 100 ans de leur indépendance.

La portée de ce choix était bien plus grande que ce que l'on pouvait pressentir à l'époque. En effet, la France est en train de perdre son régime monarchique auprès d'une deuxième république bien faible, que la guerre prussienne précipite. Isolé politiquement, le pays se cherche un avenir et se tourne naturellement vers une nouvelle nation, jeune. Face à la France, les Etats-Unis sortent d'une guerre civile de cinq ans, connue sous le nom de guerre de sécession (1861-1865). Le pays est à réunifier, et toutes les idées sont les bienvenues. Le projet de cette statue est alors une chance pour les deux pays, qui vont se dépasser pour parvenir à la créer. Dans chaque pays les besoins financiers sont importants, et seule une union des forces vives permit d'assurer ce financement, aussi bien en France qu'aux Etats-Unis.

. Plus de détails sur les Origines de la statue de la Liberté


1871 : Choix du site d'implantation

Dès que la France proposa la construction de cette gigantesque statue il fut décidé qu'elle serait implantée à New-York. Bartholdi, mandaté par les financiers français, fit plusieurs voyages aux Etats-Unis pour faire des repérages et avait trouvé Bedloe's Island dès son premier déplacement, en 1871. Installée ici, la statue de la Liberté pourrait faire face à l'Europe et elle pourrait accueillir les migrants. Toutefois la décision du site ne lui incombait pas et c'est le congrès américains qui choisit cette île, via son représentant Sherman.

Bedloe's Island était équipée d'un fort destiné à la garde du port, le Fort Wood. Du nom du Lieutenant-Colonel Eleazer Derby Wood, combattant durant la guerre anglo-américaine de 1812, il fut construit entre 1806 et 1811. Il s'agissait d'un bastion d'artillerie, en étoile à 11 branches, construit en granit. Une fois décidé d'y installer la statue, le fort n'ayant plus de raisons d'exister fut détruit, mais les fondations et les pierres servirent de base au socle, ce qui explique pourquoi de nos jours le socle de la statue a 11 branches. Ce qui, soit dit en passant, est une architecture directement inspiré des "forts Vauban", ces fortifications françaises du XVIIe siècle dont on trouve de nombreux exemples dans le monde. (par exemple, au Fort Libéria, dans les Pyrénées-Orientales, France)

. Plus de détails sur l'Emplacement de la statue de la Liberté


1871-1876 : Le Financement

Le financement de la statue de la Liberté a été difficile à assurer, surtout que ce n'est pas un mais deux financements qu'il fallait faire : Une en France, l'autre aux Etats-Unis.

En France, ce sont les dons qui ont lancé ce projet. Une collecte de fonds gigantesque a été lancée en 1875 et s'est poursuivie jusqu'en 1880, la facture initiale ayant été multiplié par 2 et demi. Des milliers de particuliers se sont joints à de nombreuses entreprises et des administrations françaises, soucieuses de l'image de leur pays vis à vis des étrangers. Le financement total s'est monté à 1 000 000 de francs de l'époque, une somme très importante bien sûr. Pour aider à son financement on fit montrer à Paris, pour l'exposition universelle de 1878, la tête de la statue, au champ de Mars.

Le bras à l'exposition de 1876

Le bras à l'exposition de 1876

La tête à l'exposition de 1878

La tête à l'exposition de 1878


L'image a fait le tour du Monde... et rapporta une somme suffisamment importante pour poursuivre les travaux. Il faut dire qu'elle était visitable pour 5 centimes, mais il fallait prendre un escalier haut de 43m pour parvenir à l'intérieur de la tête.

Côté américain l'exposition du centenaire de 1876 fut une aubaine pour le financement : Arrivant à cours de moyen, peu d'éléments avaient déjà été fabriqués, mais le bras tenant la torche fut exposée, prouvant que le travail avançait. Au cours de l'exposition les américains achetèrent de nombreuses photographies ou objets "marketing" (à une époque où l'on n'utilisait pas encore ce mot), ce qui permit de poursuivre l'œuvre. Le bras tenant la torche resta à Philadelphie 5 ans, avant de revenir en France pour être ajusté sur le reste de la statue. Pendant l'exposition, on organisa de nombreux évènements comme des loteries. Le compositeur Offenbach fut invité à célébrer la future statue, il en fit un récit dans son ouvrage "Notes d'un musicien en voyage".

Le bras ainsi exposé eu un très grand succès. Les estimations amènent à un total de 10 millions de visiteurs, ce qui est tout simplement phénoménal : Ça représente 20% de la population des Etats-Unis !

Quant au piédestal, il était à la charge des américains mais coûtait tout aussi cher que la statue elle-même (125 000 dollars pour le prix initial). Là aussi il fut financé par de nombreux particuliers et quelques entreprises, ainsi que par des évènements festifs ou sportifs (matchs de boxe notamment) Une bras de fer fut engagé entre Bartholdi, venu en Amérique pour défendre son projet, et les riches entrepreneurs prêts à mettre la main à la poche à une condition : Que le nom de leurs entreprises figure sur le socle. Ce qui fut refusé, d'où la nécessité d'avoir à financer le socle par d'autres moyens, dont les évènements sportifs. Finalement c'est Joseph Pulitzer, fondateur du journal "New-York World", qui finit par convaincre les classes moyennes de participer au financement de la statue grâce à une campagne d'informations particulièrement visibles. Il faut dire que l'heure était grave : En panne de financement le chantier du socle était arrêté en plein milieu et rien ne semblait indiquer qu'il allait reprendre un jour. Or, pendant ce temps, les français faisaient progresser la statue qui allait bien avoir besoin d'un site d'implantation. D'où la prise en main de Joseph Pulitzer, qui déclencha dans les médias une campagne de financement à la hauteur du projet, responsabilisant les classes moyennes.

. Plus de détails sur le Financement de la statue de la Liberté


Le projet

Restait à définir des points plus pratiques. A commencer par la statue elle-même, à savoir comment serait-elle construite. Auguste Bartholdi décida qu'elle serait en cuivre, fabriquée sous le mécanisme de "repoussé". Des plaques de cuivre de 2m par 3 seront travaillées en force jusqu'à ce qu'elles prennent la forme voulue par l'architecte. L'assemblage se ferait petit à petit, élément par élément, puis l'ensemble serait monté en intégralité, avant d'être démonté puis remonté sur place. La structure interne serait en dur sous la forme d'un pilier central maçonné rempli de sable. La puissance des flots seraient ainsi sans conséquence pour cette statue, qui avait pour vocation a être installé près de l'Océan. Toutefois cette solution sera abandonnée rapidement pour faire place à une structure en fer forgée, plus souple, qui oscillera avec les vents.

Pendant ce temps les américains monteraient le piédestal selon leur bon vouloir, en respectant toutefois les plans de l'ingénieur chargé de la structure interne, pour que la statue s'assemble parfaitement. Les ingénieurs des deux pays se rendraient régulièrement chez leurs confrères et communiqueraient en permanence. Le site serait à l'initiative des américains sur proposition de Bartholdi. Enfin, l'inauguration aurait lieu 100 ans après la déclaration d'indépendance des Etats-Unis, jour pour jour. Hélas, si le projet s'est déroulé à peu près correctement, cette dernière condition fut loin d'être atteinte, puisque la statue fut inaugurée... avec 10 ans de retard !


1876-1886 : La construction

La statue proprement dite est une construction 100% française alors que le socle, magistral lui aussi, est 100% américain. Ainsi partagée, la tâche a été plus facile à gérer. Dans le projet initial, qui d'ailleurs fut suivi à la lettre, les français étaient responsables de la construction, du transport et du montage sur place.


1876-1884 : Construction de la statue

Le schéma général de la statue est assez simple. Elle se compose d'une structure interne en fer forgée recouverte de plaques de cuivre repoussées. Ces plaques sont martelées sur un gabarit en bois solide jusqu'à obtenir la forme voulue. Au total la statue pèse 254 tonnes et se compose de 300 plaques, dont les 64 premières furent données par un industriel, permettant au chantier de débuter. Ces plaques furent "repoussées" aux ateliers "Gaget, Gauthier et compagnie". (d'où le mot "Gadget", popularisé plus tard par les Américains qui associèrent le nom des ateliers aux petits objets publicitaires à acheter pour financer partiellement le projet) Ces ateliers avaient été racheté à l'entreprise "Monduit et Béchet", ce qui explique que ces deux noms apparaissent dans bon nombre de documents, en particulier sur les photos reproduites ci-dessous. Gaget, c'était un architecte et Gauthier, un ingénieur, qui avait pour spécialité la plomberie, la couverture, les travaux d'arts et la distribution d'eau dans les zones urbaines. C'était les plus grands fabricants parisiens dans leurs spécialités : On leurs devaient déjà les couvertures des dômes de l'Opéra de Paris, les conduites d'eau de Paris, le Campanile de l'hôtel des Invalides, etc.

La technique de construction était assez simple, quoi que longue à mettre en œuvre. Tout d'abord les ouvriers construisaient une armature en bois, à base de tasseaux, prenant la forme voulue. Ensuite elle était recouverte de plâtre pour faire un moulage en taille réelle de la pièce à reproduire. Une fois fait, ce plâtre servait d'image en négatif pour la construction d'un gabarit en bois, solide, lui. Les plaques de cuivres étaient "repoussées", c'est à dire martelées en force sur les gabarits, à froid, sur des établis spécialement conçus pour ça, jusqu'à ce que la forme de la plaque épouse celle du gabarit. La pièce terminée passait alors à d'autres ouvriers qui avaient pour charge de polir les plaques, puis de les ajuster pour former un seul et même élément de la statue. Les éléments étaient assemblés à l'aide d'écrous invisibles de l'extérieur pour le montage initial, à Paris, puis elles étaient rivetées pour le montage définitif, à New-York.

Bartholdi dû faire face à de nombreux retards dans son chantier. En mars 1876 un accident brisa le moulage en plâtre de la main. L'année précédente il manqua cruellement de main d'œuvre qualifiée, mais pour donner le change aux Américains il fit envoyer un premier élément à présenter au public, ce fut le bras tenant la torche, et ça durant l'exposition du centenaire (1876). En juin 1878, la tête de la statue fut montrée aux jardins du Champ de Mars de Paris, pour l'exposition universelle, rassurant la population à son sujet.

Les photos ci-dessous montrent les ateliers avec les différentes pièces en cours d'assemblage. Le travail dans les ateliers n'était pas aussi pénible que ça pouvait être dans d'autres ateliers. La main d'œuvre qualifiée était rare, c'est la raison pour laquelle Bartholdi prenait soin de ses employés. D'ailleurs le projet fut partiellement ralenti à cause d'un manque de personnel, justement, pendant un certain temps. Il faut savoir que les ateliers Gaget et Gauthier employaient de 300 à 350 personnes, ce qui en faisaient un grand atelier de la région parisienne.

La plupart des photographies reproduites ci-dessous ont été prises par Albert Fernique.

Les ateliers Gaget

Les ateliers Gaget

La main de la statue

La main de la statue

Le bras et la torche

Le bras et la torche

Les ateliers Gaget

Les ateliers Gaget


. Plus de détails sur la Construction de la statue de la Liberté


La structure interne

La structure a été faite dans les ateliers Gustave Eiffel, à Levallois Perret, et dans le XVIIe arrondissement de Paris, là où se montaient les pièces de cuivre. Pendant que les ateliers Gaget, Gauthier et compagnie construisaient les éléments les uns après les autres, la structure interne était sensée commencer mais il faut savoir qu'initialement sa construction avait été confié à Violet-le-Duc, qui prévoyait un élément de maçonnerie solide autour duquel devait se greffer les plaques de cuivre. Violet-le-Duc étant tombé malade, il ne put assurer ce travail qui fut confié à Gustave Eiffel.

Celui-ci abandonna l'idée de la maçonnerie et choisit le fer forgé dont il s'était fait une spécialité. Ce choix n'était pas idiot dans la mesure où il a permis à la statue de bouger un peu, en fonction du vent. Elle a donc une certaine souplesse qui lui a donné l'élasticité nécessaire pour pouvoir traverser le temps. Par ailleurs la construction dû aussi faire face à un problème inattendu. Bartholdi jugea en effet que la tête et le bras étaient trop près l'un de l'autre. Pour pallier à cet inconvénient il fit décaler le bras de 46cm à droite et en avant et la tête de 61cm sur la gauche, mais sans en informer Eiffel. Ce dernier ne modifia donc pas sa structure et pendant 100 ans la statue eu une structure interne en arc-boutement par rapport à son enveloppe.

L'ensemble de la structure interne utilisait seulement 120 tonnes de fer forgé, mais la bagatelle de 300 000 rivets !


1882-1885 : L'assemblage à Paris

Chaque morceau de la statue fut stockée dans la cour des ateliers Gaget et Gauthier en attendant d'être assemblé. Les deux premiers morceaux étaient la torche et la tête, deux éléments essentiels qui ont pu montrer au public l'avancée des travaux de façon claire. L'idée était de faire un montage complet de la statue avant de l'envoyer à New-York. Bien sûr, Bartholdi n'attendit pas que toutes les pièces soient terminées pour commencer l'assemblage, il fallait juste que la charpente soit prête, au moins jusqu'à une certaine hauteur, pour commencer le travail.

Statue à la rue de Chazelles, Paris

Statue à la rue de Chazelles, Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris

Structure de la statue à Paris


Ce fut fait à partir de 1882, la statue étant complètement terminée en 1884. Cette année-là Bartholdi informa son correspondant américain qu'il avait terminé le travail et souhaitait conserver la statue à Paris jusqu'au 4 juillet 1884, ce qui permit à bon nombre de personnes de venir voir le monument. Il y eu une cérémonie pour officialiser le don de la France aux Etats-Unis ce 4 juillet 1884. Le paysage parisien fut, pendant quelques années, dominé par cette imposante structure métallique de 46 mètres de haut qui écrasait de sa taille le parc Monceau tout proche. En 1884 le tout-Paris s'était pris d'intérêt pour la statue. Il faut bien imaginer que sans la tour Eiffel, qui ne sera construite que quelques années plus tard, ni les tours modernes de l'actuel Paris, la statue de la Liberté était le bâtiment le plus haut de la capitale. Les parisiens venaient en nombre la voir et pouvait la visiter, montant jusqu'à la tête voire jusqu'à la torche. La statue reçu aussi la visite de personnalités dont Victor Hugo, dont ce fut la dernière sortie, auquel le sculpteur offrit un morceau de son oeuvre. Une fois la visite terminée il eut ces mots : "La mer, cette grande agitée, constate l'Union des deux grandes terres apaisées. Ce gage de paix, entre l'Amérique et la France, demeure permanent". En mars 1884 Jules Grévy, président de la république, officialisa cette statue en l'honorant de sa présence. En même temps que les officiels ou d'autres personnages importants c'est le peuple de Paris qui se pressait à présent dans les quartiers Nord de la capitale. Tous voulaient voir cette statue, don de la France aux Etats-Unis, et plus le temps passait, plus il y avait de voix pour demander à ce qu'elle reste à Paris. Mais la promesse devait être tenu et Paris perdit son colosse, mais ne perdit pas tout : En reconnaissance, la communauté américaine de Paris offrit une réplique de la statue de la Liberté, qui fut installé sur l'île aux Cygnes. Initialement tourné vers les lieux de pouvoir on changea son orientation dans les années 30 pour qu'elle fasse face à la grande sœur, en même temps qu'on l'a juchée sur un piédestal démesuré qui lui permet de sortir des bâtiments alentours. En 1885 ce fut le moment du démontage. Le socle américain était terminé et il fallait songer à livrer la statue. Commença alors le démontage, qui fut fait relativement rapidement. Il fallut tout d'abord remonter les échafaudages pour former une nouvelle cage d'acier, ce qui permettaient aux ouvriers de retirer les vis temporairement mises à la place des rivets définitifs prévus pour le montage à New-York. Une fois ceci fait, les différentes pièces du gigantesque puzzle furent mises en caisse et fermées.

. Plus de détails sur la Construction de la statue de la Liberté


1883-1886 : Construction du socle

Pose de la première pierre

Pose de la première pierre

Pendant ce temps aux USA le procureur général William Evarts fut nommé pour réaliser le piédestal. Mais la levée de fond fut faible et il dû mettre en œuvre la presse pour se faire aider (voir "Financement"). En 1884 le financement fut bouclé et l'ingénieur Charles Pomeroy Stone fut nommé responsable de la partie technique, sous les ordres de l'architecte Morris Hunt. Morris Hunt était un libéral membre de l'association franco-américaine, l'Union League Club, qui avait lancé l'idée de la statue. Il était l'architecte des grandes maisons des familles riches de la côte Est et avait réalisé un certain nombre de grand travaux publics. Célèbre architecte de l'époque, Hunt proposa un plan grandiloquent qui sera exécuté en tout point. La construction eut lieu entre le 9 octobre 1983 et le 22 août 1886, bien que la première pierre symbolique ait été posée officiellement en août 1884.

Ces pierres ont été extraites de la carrière Beattie, dans le Connecticut. C'est une pierre d'une belle granularité, qui a été utilisé précédemment pour les piles du pont de Brooklyn. La raison du choix est que cette pierre est particulièrement résistante à l'air marin, ce qui n'est pas le cas de toutes les pierres qui se seraient rapidement effritées.

Techniquement le socle s'enfonce dans des fondations à 16 mètres de profondeur et se compose d'une succession variée de styles architecturaux. La partie haute est un balcon. L'un des intérêts est qu'il contient deux rangées de poutres métalliques qui se greffent sur la structure interne de Gustave Eiffel, permettant à la statue de ne faire qu'un avec son socle. On imagine la précision de la description technique pour pouvoir coordonner les deux structures...

Structure de la statue

Structure de la statue

Plan de la structure interne sur son piédestal. C'est un plan tardif puisque la mise en place de la statue sur le socle était l'un des derniers défis à relever pour les ingénieurs qui travaillaient à des milliers de kilomètres de distance.

. Plus de détails sur le socle de la statue de la Liberté


Construction du piédestal

Construction du piédestal

Gravure de la construction du piédestal, repris du 29e volume du "Harper's Weekly". Ce socle a nécessité un grand travail de force et utilisé beaucoup d'ouvriers qui devaient venir régulièrement sur l'île. Un petit village s'était monté à l'Est, comme le représente cette gravure.


Construction du piédestal

Construction du piédestal

Le socle en cours de construction. On distingue les armatures en bois servant à acheminer les pierres au sommet. Les ouvriers et personnalités présentes prennent la pose comme personne ne le fait plus de nos jours.


. Plus de détails sur la Construction de la statue de la Liberté


1886 : Transport à New-York

La statue fut créée partie par partie, d'abord le bras et la torche, puis la tête, enfin le corps. Entre 1881 et 1884 elle fut assemblée en plein Paris, rue de Chazelles, dans les anciens ateliers "Monduit et Béchet" devenus "Gaget, Gauthier et compagnie". Lorsque ce fut terminé il y eu une cérémonie pour officialiser le don de la France aux Etats-Unis, le 4 juillet 1884 (jour de l'indépendance des Etats-Unis). Ce n'est que 8 mois plus tard, en février 1885 qu'on commença à la démonter en 350 pièces qui prirent place dans 210 caisses. Le 30 avril 1886 chaque pièce fut acheminé au port du Havre, en utilisant le train de la gare St Lazare jusqu'à Rouen puis le bateau le long de la Seine jusqu'au port, et on chargea le tout à bord de l'Isère, d'une frégate française dont le commandement était assuré par le comte de Saune.

L'arrivée de la statue à New-York

L'arrivée de la statue à New-York

L'Isère est une frégate, c'est un bâtiment de transport militaire dirigé par 5 officiers et 60 marins, fonctionnant à la fois à la voile et à la vapeur. Avec sa chaudière de 550cv, elle pouvait atteindre la vitesse de 8 nœuds par temps calme. A son bord prirent place Frédéric Bartholdi, accompagné de son épouse, et des messieurs Gadget et Gauthier. L'Isère leva l'ancre le 21 mai 1885 pour son voyage à travers l'Atlantique, avec le soutien du croiseur amiral "Le Flore", le vaisseau de commandement de la division navale Atlantique Nord. Entre les 27 et 29 mai elle rencontra une forte houle et dû rejoindre Horta, aux Açores, pour se mettre à l'abri. Le 5 juin l'Isère reprit sa route en direction du port de Sundy Hook puis elle s'arrêta à Gravesend près du pont de Varrazano. Elle parvient finalement à New-York le 17 juin 1886, où une grande foule l'acclama. L'arrivée dans le port fut marquante car de plus en plus de navires s'étaient joints au convoi, à son approche. Finalement c'est un ensemble de 90 bateaux, toutes tailles confondues, qui entrèrent au port de New-York sous une salve d'artillerie destinée à souhaiter une bonne arrivée à l'Isère. Le débarquement de la statue se déroula avec beaucoup d’enthousiasme de la part des Américains en présence du Contre-Amiral Lacombe, commandant le "Flore". Une fois la statue déchargée, l'Isère rejoignit son port d'attache, Brest, le 3 juillet 1885.


1886 : Montage de la statue

Les pièces de la statue sur Liberty Island

Les pièces de la statue sur Liberty Island

Mais ce n'est pas parce qu'elle a été livrée que la statue fut immédiatement montée. Il fallut attendre le printemps de l'année suivante, 1886, que la dernière pierre du socle soit posée. Ce n'est qu'à partir de là, le retard américain étant comblé, que les ouvriers s'attaquèrent à son édification, ce qui fut fait en 4 mois.

Les ouvriers eurent pas mal de difficultés à la remonter, car ils ne pouvaient pas utiliser les mêmes techniques qu'à Paris. En effet, à Paris, ils avaient de la place autour d'eux, ils purent monter un échafaudage gigantesque, qui était surélevé de semaine en semaine au fils de l'érection du monument. A New-York, c'était impossible, le socle étant trop étroit pour ça. Les ouvriers se transformèrent donc en équilibristes et ils montèrent les pièces de cet immense puzzle une à une, juchée à califourchon sur la structure métallique d'Eiffel, un peu comme ils auront l'habitude de faire plus tard pour les gratte-ciels. Les dangers étaient nombreux et les accidents fréquents, surtout lorsque la statue commençait à l'élever. Les pièces de cuivre étaient lourdes, elles étaient tractées à la force humaine par des jeux de poulies jusqu'à leur emplacement approximatif, où les ouvriers les ajustaient les unes aux autres. A ce moment l'île Bedloe ressemblait à un puzzle avant montage : Les différentes pièces avaient toutes été retirées de leurs caisses et reposaient sur le sol, éparpillées. Les techniciens les assemblant dans l'ordre requis par les Français, les pièces étaient rangées par ordre, mais pas spécialement alignés, d'où l'impression de fouillis qu'il pouvait y avoir cette période-là sur l'île.


Montage de la statue

Montage de la statue

Montage de la statue

Montage de la statue

Montage de la statue

Montage de la statue


1886 : L'inauguration

Le 28 octobre 1886, par le président des Etats-Unis Grover Cleveland. La France était représentée par Frédéric Desmons, vice-président du Sénat. Cette inauguration fut contestée parce que sur les 600 invités à la cérémonie, il n'y avait aucun noir. Pour une statue censée représenter la liberté, et donc la fin de l'esclavage, c'était difficile à admettre de la part de la communauté noire de New-York. D'ailleurs ce point de vue fut généralisé dans la communauté noire. En point d'orgue, le journal Cleveland gazette, dirigé par un afro-américain qui écrivit ceci :

Poussons la statue de Bartholdi, la torche et le reste, dans l'océan jusqu'à ce que la "liberté" dans ce pays soit telle qu'elle permette à un homme de couleur, industrieux et inoffensif, vivant dans le Sud, de gagner correctement sa vie et celle de sa famille, sans être ku-kuxisé [...], peut-être assassiné, sa femme et sa fille outragées, et sa propriété détruite. L'idée de la "liberté" de ce pays "illuminant le monde", ou même la Patagonie, est tout à fait ridicule.

Ce billet n'apparut dans la gazette qu'un mois après son inauguration. Autre sujet de mécontentement le jour de l'inauguration : Il n'y avait aucune femme. Là aussi les femmes de l'époque se sentirent à juste titre laissées pour compte.

Il faut noter que cette statue célébrait le centenaire de la déclaration d'indépendance des Etats-Unis, mais qu'elle fut inaugurée 10 ans trop tard. (1776 : Déclaration d'indépendance -1886 : Inauguration de la statue de la Liberté) Par ailleurs Edouard de Laboulaye n'a pas participé à la cérémonie, étant décédé trois ans avant, en 1883. Pour rappel, c'est lui qui avait fait le discours enflammé qui fit naître l'idée de la construction de cette statue, en 1865. Auguste Bartholdi, lui, était bien sûr présent. Il était arrivé à New-York quelques jours plus tôt. C'est lui qui, pendant le discours des officiels, était monté sur le balcon de la torche pour faire tomber le voile recouvrant le visage de la statue, afin d'officialiser l'inauguration.

. Plus de détails sur l'inauguration de la statue de la Liberté


1880-1890, 1920-1930 : La statue, symbole anti-immigration

Les années 1880 et la décennie suivante furent marquées par une forte immigration venant essentiellement d'Europe, mais aussi d'Asie. Elle faisait suite à la demande en main d'œuvre des nouveaux grands industriels américains, l'époque de l'industrialisation étant apparue récemment. Les ouvriers américains n'étaient pas préparés au travail en usine, et d'un autre côté les Européens pauvres pensaient trouver aux Etats-Unis un Eldorado qu'on leur refusait sur place. Mais cette arrivée massive de pauvres sur les côtes américaines n'était pas au goût des américains de souche, qui s'insurgeaient contre ce qu'ils appelaient la lie de l'Europe. Les caricaturistes de l'époque prirent la statue de la Liberté comme symbole de rejet. Il faut dire qu'une loi de protection était en cours de vote pour établir des contrôles aux frontières. Il fallait donc créer des zones de rétention dans lesquelles les migrants devraient attendre l'acceptation des autorités avant de pénétrer sur le territoire des Etats-Unis. Cette loi, qui fut adoptée, provoqua à New-York la création du plus grand centre de contrôle de l'immigration du pays. Il devait initialement être sur Bedloe's Island, ce qui explique les caricatures où l'on voit la statue envahie par des hordes de pauvres. Certaines gravures présentent la statue démontée, en cours de vente pour le métal. La statue a donc été, pendant un temps, un symbole anti-immigration pour les Américains alors que les migrants, eux, y voyait un symbole d'espoir.

Liberty Island en 1927

Liberty Island en 1927

La nation s'est nourrie de ce paradoxe pour affronter la réalité du pays, et la situation se calma au milieu des années 1890. Après la première guerre mondiale une seconde vague d'immigration arriva aux Etats-Unis, et c'est tout naturellement que la statue rejoua son rôle de père Fouettard en redevenant un temps un symbole de la lutte anti-immigrée aux Etats-Unis. Il faudra attendre les années 30 pour qu'à nouveau cette vague d'immigration s'arrête, ce qui calma les ardeurs nationalistes de certaines personnes influentes aux Etats-Unis. La statue de la Liberté redevint un symbole de Liberté à ce moment, ce qui fut multiplié par la montée du nazisme en Europe. Face à cette idéologie montante en Allemagne les républicains de tout pays virent dans la statue un symbole du refus du nazisme, symbole d'autant plus grand que les Etats-Unis engrangeaient des nouveaux migrants tous les jours, ceux-là fuyant la montée de cette idéologie en Europe.


1916 : Dégâts de guerre

Pendant la guerre l'île fut interdite au public du 30 juillet 1916 au 9 août de la même année suite à son endommagement. En effet elle avait subi d'assez gros dégâts lors de l'explosion d'un dépôt de munitions à Jersey City par un réseau d'espionnage allemand. C'est d'ailleurs suite à cette déflagration monumentale que l'on a interdit la visite du bras et de la torche, devenue trop dangereuse.


1936 : La cérémonie du cinquantenaire

Erigée en 1886, c'est en 1936 que la statue de la Liberté fêta ses 50 ans. Cet anniversaire fut célébré dignement avec une grande cérémonie à laquelle participa un grand nombre de personnes et qui fut présidée par Theodore Roosevelt lui-même. Durant la journée il fit un discours mémorable durant lequel il insista sur le fait que la nation américaine s'était construite sur l'immigration et qui en constituait son cœur. Cependant il considérait cet état de fait comme terminé, pour lui la nation était constituée et n'avait pas besoin de nouveaux venus. C'est la raison de l'arrêt de l'immigration durant les années 30 dont il est question plus haut.

. Plus de détails sur les cérémonies


Réparations et modifications

Les rénovations faites à la statue furent longs à venir, personne ne souhaitant financer les réparations nécessaires à une statue que les Américains eux-mêmes n'avaient pas voulus. La première modification importante vint assez rapidement. En 1916, soit 21 après son inauguration la torche initiale fut remplacée par un phare puissant, qui était visible à 39Kms de distance. Il y eu même un gardien du phare, pendant 5 ans, puis le phare fut mis hors service. Ce remplacement était nécessaire, car la torche initiale n'a guère fonctionné car la lumière qu'elle produisait était très faible, elle était atténuée par les plaques de cuivre, et tout ce qu'elle pouvait faire, s'était attirer continuellement une nuée d'oiseaux qui finalement dépareillait la statue. C'est la raison pour laquelle il fallut la remplacer rapidement.

Les premières réparations ont dû être faites pendant la première guerre mondiale, suite à l'explosion du dépôt de munitions de Jersey City le 30 juillet 1916. Une centaine de rivets avaient lâché, des plaques avaient bougé. Les vitres de la couronne s'étaient brisées, également. L'ensemble de ces réparations coûta 100 000 dollars, une somme importante pour l'époque.

Puis, en 1932, la statue subit un premier renforcement de sa structure interne. Elle reçut une bonne rénovation entre 1984 et 1986 pour la préparer aux festivités de son centenaire. A cette occasion on fit installer un ascenseur dans le socle, et surtout on remplaça la charpente en fer forgé par une structure en acier inoxydable, plus apte à supporter le climat marin inhérent à sa situation géographique. C'est d'ailleurs durant ces travaux que l'on remplaça la torche initiale par la copie actuellement visible. La torche initiale se trouve dans le musée de la statue, dans le hall. Il y a une autre information importante à connaître sur cette rénovation : C'est à ce moment que fut rectifiée la charpente interne d'Eiffel qui était décalée pour pouvoir éloigner la tête du bras, comme l'avait voulu Bartholdi.

. Plus de détails sur les réparations de la statue de la Liberté


1986 : La cérémonie du centenaire

Nancy Reagan rouvre la statue en 1986

Nancy Reagan rouvre la statue en 1986

C'est une énorme cérémonie qui a eu lieu à New-York durant le week-end du 4 juillet 1986. L'idée, pour les promoteurs du projet, était de rénover la statue et d'en profiter pour organiser une grande cérémonie où l'on mêlerait Liberté et Immigration, puisque la statue a toujours été associée à l'immigration américaine. Ce fut fait durant le "Liberty week-end", quatre jours durant lesquels il y eu de nombreuses initiatives à New-York. La population de la ville doubla, engendrant d'ailleurs d'énormes déceptions dues au trop grand nombre de personnes qui voulait se rendre sur place. Le point d'orgue de la cérémonie fut le déclenchement du nouvel éclairage de la statue qui eut lieu en même temps que le feu d'artifice impressionnant qui illumina toute la baie de New-York. Etait présent à la cérémonie les deux chefs d'Etat concernés, Ronald Reagan pour les Américains et François Mitterand pour les Français.

Cette cérémonie a eu de grandes répercutions sur sa popularité.

. Plus de détails sur les cérémonies


Histoire récente

Récemment la statue fut fermée près d'un an, en 2012, puis pouvoir faire des travaux de rénovation et de mise en sécurité, comme l'ajout d'un escalier de secours.

. Plus de détails sur les réparations de la statue de la Liberté

Il faut aussi signaler la fermeture de la statue pour cause de "Shutdown", en 2012. C'est sous la présidence O'Bama qu'il se produisit un phénomène rare dans les institutions américaines : Le blocage du budget au parlement américain, suite à des désaccords entre républicains et démocrates, a obligé le gouvernement à limiter les frais engagés au nom de l'Etat. Pendant une journée tous les services non essentiels à la survie de la Nation Américaine ont été fermés, la statue de la Liberté comprise.


Voir aussi :

. Les biographies.

. Chronologie simplifiée.



Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes.






Google+