French flag United Kingdom flag



Le flambeau du pont de l'Alma


A Paris, place de l'Alma, le visiteur se trouve face à une étrange structure dorée, exposée comme une statue. On reconnait bien la forme d'une flamme, évoquant une torche, mais peu de personnes savent ce qu'elle représente. Pire, depuis la mort de la princesse Diana sous ce pont, de nombreux visiteurs sont persuadés qu'il s'agit d'un mémorial à sa mémoire, ce qui semble confirmé par la présence perpétuelle d'ex-voto déposés par nos amis britanniques en visite à Paris.


Origine de la statue

Cette structure s'intitule "La flamme de la Liberté", il s'agit d'un don des Etats-Unis à la France, dans le même esprit que ce qui s'était fait lors de la construction de la statue de la Liberté, avec le don d'une réplique au quart de la véritable statue, réplique installée depuis sur l'île aux cygnes, à Paris. Cent ans plus tard les Etats-Unis rénovèrent de fond en comble la statue pour la préparer à la cérémonie du centenaire. Pour l'occasion ils firent venir aux Etats-Unis des membres d'une confrérie de métalliers champenois, qui eurent la lourde tâche de remplacer l'ancienne torche, faite d'une sorte de grillage fermé par des plaques translucides, par une nouvelle, plus moderne. A noter que l'ancienne torche existe toujours, elle est exposée dans le socle de la statue de la Liberté, à New-York. Sur place, les artisans français eurent besoin d'un représentant, Me Kevin McCarthy. C'est lui qui eut l'idée de la construction d'une réplique de la torche, faite par des français, à offrir aux Français pour les remercier d'avoir participé à la rénovation de Miss Liberty. Ainsi fut fait.


Mise en place

Il fallait tout d'abord trouver le financement. C'est le journal américain "L’International Herald Tribune" qui fit connaître ce projet et recueillit les fonds des abonnés, mais aussi de donateurs dont les intérêts allaient dans le sens du journal, ou qui avait un intérêt à favoriser les liens entre les deux pays. La levée de fonds fut correcte et permit d'atteindre les 400 000 dollars qu'il fallait pour lancer les travaux. Il faut dire que le journal avait un autre événement à fêter : Ses cents ans car, comme la statue de la Liberté, il était né à peu près à la même époque et a donc mutualisé les deux fêtes. Les travaux furent donc réalisés, et la statue fut mise sur un piédestal de marbre gris et noir, parfaitement lisse. De ce piédestal part le cylindre haut de la torche, réalisé en cuivre et laissé brut, et c'est au-dessus de ce cylindre que se déploie la flamme, dorée, elle. La statue a été inaugurée par le maire de l'époque, Jacques Chirac, le 10 mai 1989.

Flambeau de la torche

Flambeau de la torche

Il y a une plaque commémorative sur le piédestal. Il y est écrit ceci :

Flamme de la Liberté. Réplique exacte de la flamme de la statue de la Liberté offerte au peuple français par des donateurs du monde entier en symbole de l'amitié franco-américaine. À l'occasion du centenaire de l'International Herald Tribune. Paris 1887-1987.

Parfois on classe cette sculpture dans la catégorie des répliques de la statue de la Liberté. Je ne souscris pas à cette assertion et préfère l'en détacher. Ce monument permet de bien voir comment est fait le flambeau de la statue réelle puisqu'il s'agit d'une copie parfaite. On voit par exemple qu'il est monobloc et ressemble, de loin, à une grosse dent. L'ensemble est fait de plaques de cuivre soudées, puis dorées. A noter que la ville de Paris possède une seconde réplique de la torche de la Liberté. Inaugurée en 2008, elle est dans les jardins de l'ambassade des Etats-Unis en France, tout près de la place de la Concorde.


Se rendre sur place

Le visiteur peut se voir cette statue juste au-dessus du pont de l'Alma, qui est l'emplacement qui a été choisi à l'époque pour son installation.

. Par métro : La station de métro la plus proche est Alma-Marceau, sur la ligne 9.

. Par RER : Il faudra descendre à la gare RER du pont de l'Alma, sur la ligne C.

. Par bus : Cinq lignes desservent l'arrêt Alma-Marceau : Il faut prendre les bus 42, 63, 72, 80 ou 92.


Voir aussi :

. Répliques de la statue en France.

. Description de la statue de la Liberté.



Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes.






Google+