French flag United Kingdom flag



Les cérémonies officielles


La statue de la Liberté est un emblème pour les Etats-Unis, mais aussi dans le Monde, où elle est internationalement reconnue, et la plupart du temps fêtée comme une représentante fondamentale de la liberté des peuples. A ce titre elle a fait l'objet de plusieurs cérémonies officielles durant son histoire dont la plus importante de toutes est sans aucun doute son inauguration. Cette fête grandiose eut lieu le 28 octobre 1886, et son déroulement est expliqué ici : Inauguration de la Statue de la Liberté.

Par la suite la statue a été fêté à trois reprises : Pour ces 50 ans, pour ces 100 ans, et pour ses 125 ans. Il y a comme une accélération dans les commémorations, il faut peut-être y voir un phénomène moderne...


1936 : La cérémonie du cinquantenaire

Erigée en 1886, c'est en 1936 que la statue de la Liberté fêta ses 50 ans. Cet anniversaire fut célébré dignement avec une grande cérémonie à laquelle participa un grand nombre de personnes et qui fut présidée par Theodore Roosevelt lui-même. Durant la journée il fit un discours mémorable durant lequel il insista sur le fait que la nation américaine s'était construite sur l'immigration et qui en constituait son cœur. Cependant il considérait cet état de fait comme terminé, pour lui la nation était constituée et n'avait pas besoin de nouveaux venus. C'est la raison de l'arrêt de l'immigration durant les années 30. Il a également dit "La Liberté et la Paix sont deux éléments vivants. Dans chaque génération, pour qu'elles soient maintenues, elles doivent être préservées et revitalises."

La fête elle-même fut sans doute grandiose, mais il faut bien dire que peu d'évènements ne nous sont parvenus. A noter la présence à New-York de Mr Richard, maire de Colmar, ainsi que de Mr Léopold Netter, conservateur du musée de Colmar. La poste américaine avait participé à l'évènement en éditant des enveloppes spéciales à l'effigie de Miss Liberty.

Enveloppe à l'effigie de Miss Liberty

Enveloppe à l'effigie de Miss Liberty

Il faut dire que le sentiment pro-américain des français n'était pas feint. La célébration du cinquantenaire de la statue de la Liberté a été l'occasion de mettre en avant les bonnes relations entre les deux pays, et même en France cet évènement pourtant très américain provoquait une certaine effervescence. L'ambassadeur de la Boulaye écrivit, à cette occasion :

Il en résultat, à l'avantage de notre pays, un rajeunissement du souvenir de notre participation à l'indépendance des Etats-Unis et une affirmation nouvelle de la communauté de nos vues et de nos aspirations en matière d'institutions politiques.

1986 : La cérémonie du centenaire

C'est de loin la plus importante des trois cérémonies en l'honneur de la statue de la Liberté. Elle avait été préparée deux ans à l'avance, avec sa rénovation - qui n'était pas un luxe -, ainsi que les rénovations des îles et des structures d'accueil du public. Les travaux durèrent de 1984 à 1986 et ne furent terminés que peu de temps avant la cérémonie. Les Américains ont mis le paquet pour cette fête : C'est tout le savoir-faire hollywoodien qui a été mis en œuvre pour ces quatre jours particulièrement intensifs.


Jeudi 3 juillet 1986 : 1er jour

Tout commença le jeudi 3 juillet 1986, veille de la date anniversaire, sur governors island, à 20h. Cette île avait été choisie pour accueillir la scène principale de la cérémonie, une scène gigantesque à plusieurs niveaux offrant une vue dégagée sur la statue de la Liberté. Se tenaient présents le secrétaire d'Etat américain de l'Intérieur, responsable de l'agence détenant la statue, le producteur David Wolper, qui avait organisé les 4 jours de cérémonie, et Lee Iaccocca, le président de la fondation "Statue de la Liberté-Ellis island". Après un rapide discours ils introduisirent le maître de cérémonie, le président américain Ronald Reagan, qui vint avec son invité François Mitterand, alors président de la république française. S'en suivi l'Hymne National américain, chanté par José Feliciano, puis Elizabeth Taylor est venue sur la scène pour expliquer en quoi la statue était importante pour elle, et enfin c'est Frank Sinatra qui s'est essayé à cet exercice. Les évènements suivants mirent en jeu Ronald Reagan qui fit un discours dans lequel il magnifia les relations entre les deux pays, puis mis en avant les ouvriers qui avaient travaillé à la restauration de la statue. Il en profita pour dresser l'historique de la statue de sa construction à nos jours. François Mitterand fut invité à prononcer quelques mots, ce qu'il fit essentiellement en français, puis déclara, le sourire aux lèvres "Happy birthday United states", suivi de "Happy birthday Miss Liberty". Les applaudissements furent plutôt d'autant plus longs que sa prise de parole fut courte.

La soirée se poursuivit par un spectacle alternant chansons, danses, et discours, spectacle dans lequel Neil Diamond, Frank Sinatra, et Mikhael Baryshnikov se produisirent. Vint alors le grand moment. Transferé à bord de l'USS John F. Kennedy et alors qu'il faisait déjà nuit, Ronald Reagan prit la parole, puis déclencha l'éclairage de la statue, la révélant au public. L'éclairage commença par illuminer grace à un rayon laser la torche, puis c'est l'ensemble de la statue, piédestal compris, qui fut illuminé. En même temps un feu d'artifice éclata au-dessus du monument, et sur governors island fut chanté "The stars ans Stripes Forever" par le "Liberty All-American Band", un chœur créé pour l'occasion.

Feu d'artifice du 4 juillet 1986
Scène le 4 juillet 1986
Mireille Matthieu et Williams

A l'issue du concert et du feu d'artifice, le président Reagan passa la parole à Warren Burger, le Chief Justice, qui naturalisa en masse 16 000 personnes à travers tout le pays. Ce tour de force fut réalisé par des liaisons satellites faites avec Miami, St Louis, San Francisco et Washington, mais quelques une de ces personnes étaient présentes physiquement pour prêter serment. Il faut dire que même si la statue célèbre la Liberté, elle a toujours été associée à l'immigration américaine. Il était donc normal que de telle cérémonie se déroule pendant le "Liberty week-end".

Ce 3 juillet fut une belle journée d'été, avec des températures particulièrement fortes mais une brise marine rafraîchissante qui permit aux milliers de visiteurs de mieux supporter l'attente. Il faut dire qu'on raconte que la population de New-York avait doublé de taille pour ces festivités, et même si c'est probablement exagéré, il n'en demeure pas moins que la ville grouillait de touristes.


Vendredi 4 juillet 1986 : 2e jour

Le Belem à New-York

C'est pendant le 2e jour qu'eurent lieu trois évènements marquants : La parade de bateaux, le concert de musique classique et le feu d'artifice.

La parade maritime a consisté à faire descendre l'Hudson river, à l'Ouest de Manhattan, 22 voiliers jusqu'à la statue. La navigation a vraiment été mise à l'honneur pendant ce week-end, il fallait aussi mettre en avant la situation insulaire de la statue, mais aussi l'immigration américaine qui était essentiellement arrivée à New-York par bateau. La France était représentée par le Belem, un splendide 3 mats bien connu qui fut construit en 1896, soit 10 and après la statue, et qui participa au trafic commerçant entre les deux pays. Il était accompagné de bateaux de différentes nationalités, dont l'ordre d'apparition fut le suivant :

  • USCGC Eagle (USA)
  • Ernestina (USA)
  • Danmark (Danemark)
  • HMS Sirius (UK)
  • HMS Cleopatra (UK)
  • HMS Ark Royal (UK)
  • Christian Radich (Norvège)
  • Libertad (Argentine)
  • Zenobe Gramme (Belgique)
  • Bluenose II (Canada)
  • Esmeralda (Chili)
  • Gloria (Colombie)
  • Guayas (Equateur)
  • Belem (France)
  • Dewaruci (Indonesie)
  • Galaxy (Israel)
  • Amerigo Vespucci (Italie)
  • Cuauhtémoc (Mexique)
  • Sorlandet (Norvège)
  • Shabab Oman (Oman)
  • Sagres II (Portugal)
  • Juan Sebastian de Elcano (Espagne)
  • Svanen of Stockholm (Suède)
  • Calida (Ecosse)
  • Capitan Miranda (Uruguay)
  • Simón Bolívar (Venezuela)
  • Elissa (USA)
  • Gazela of Philadelphia (USA)
  • SES Lotus (USA)
  • RFA Resource (UK)
  • Abraham Crijnssen (Pays-Bas)

Durant la parade, qui dura un moment comme on peut s'y attendre, le président Reagan était sur le pont de l'USS Iowa. Il fit la déclaration suivante :

Perhaps, indeed, these vessels embody our conception of liberty itself: to have before one no impediments, only open spaces; to chart one's own course and take the adventure of life as it comes; to be free as the wind – as free as the tall ships themselves. It's fitting, then, that this procession should take place in honor of Lady Liberty.

Ce qui peut être traduit par :

Peut-être que ces navires incarnent notre conception de la liberté elle-même : Elle n'a aucun obstacle devant elle, que des espaces ouverts; elle trace sa propre voie et prend l'aventure de la vie comme elle vient; ils sont libres comme le vent, libres comme les grands voiliers eux-mêmes. Il est approprié, alors, que cette procession ai lieu en l'honneur de Lady Liberty.

Durant la journée la patrouille de France a fait une démonstration de son savoir-faire au-dessus de la statue, dans la baie de New-York. Ce spectacle a faisait partie de la tournée de la patrouille de France aux Etats-Unis, tournée qui a duré 7 semaines.

Dans la soirée eut lieu un concert par le "Boston Pops Orchestra", dirigé par John Williams, sur la pelouse du Liberty State Park, dans le New Jersey. Cet endroit a été choisi car c'était la plus grande esplanade qu'il pouvait avoir à proximité de la statue elle-même. Durant ce concert quelques personnalités de la chanson pop ou d'autres styles vinrent sur scène : John Denver, Melissa Manchester, Clamma Dale avec Simon Estes, Joel Grey, Whitney Houston, Johnny Cash, James Whitmore, et Barry Manilow, essentiellement. Des notables avaient fait le déplacement, comme le maire de New-York ou le gouverneur de l'Etat, mais aussi quelques personnalités du show business.

Dans la soirée Ronald Reagan, toujours à bord de de l'USS John F. Kennedy, déclencha un feu d'artifice qui est resté le plus grand de toute l'histoire mondiale. Il dura 30 minutes pleines et était composé de 40 000 fusées tirées de 42 barges disséminées un peu partout autour de la statue. La météo fut favorable, le ciel était dégagé, les températures agréables et le vent qui soufflait ce jour-là s'était un peu calmé, ce qui contribua à son succès. De nos jours encore certains se souviennent bien de ce spectacle vraiment impressionnant, parait-il.


Samedi 5 juillet 1986 : 3e jour

Nancy Reagan rouvre la statue en 1986

Nancy Reagan rouvre la statue en 1986

Le 3e jour du week-end a été marqué par la réouverture officielle de la statue. Fermée depuis les débuts des travaux en 1984, elle fut ouverte dès le matin. La première personne a la visiter fut Nancy Reagan, l'épouse du président américain, qui fit le parcours que l'on connait de nos jours en compagnie de plusieurs enfants américains et français. La photo de Nancy levant la main pour faire signe aux photographes montés à bord d'un hélicoptère est devenue très célèbre. C'est après son passage que les choses se sont gâtées pour les organisateurs. Les premières personnes qui accostèrent à Liberty Island furent enthousiasmées par les installations, mais une fois la visite terminée elles ne voulurent pas repartir pour profiter de ce moment qu'elles avaient attendu des heures. Les organisateurs croyaient que tout le monde allait se dépêcher de circuler pour faire la place aux suivants, mais ce ne fut pas le cas. Un énorme bouchon provoqua de grands mécontentements, car énormément de personnes ne purent se rendre sur place. Il faut dire aussi que New-York, ces jours ci, étaient envahi par une foule considérable, on estimait que la population avait multipliée par deux.

A 16h30 eut lieu une course de dirigeables au-dessus de l'Hudson. Avec 12 miles de distance à parcourir, du pont George Washington à Battery Park, les concurrents qui s'étaient alignés tentaient le jeu pour une bonne œuvre. Le vainqueur mis un peu plus de 15 minutes seulement.

Les festivités se poursuivirent le lendemain en fin d'après-midi à Central Park. Central Park, l'énorme parc de New-York, avait l'habitude des concerts géants. Plusieurs personnalités de la chanson pop s'étaient déjà produites ici, comme Elton John ou Simon and Garfunkel. Pour clôturer la journée un concert géant y fut organisé, proposé par le New-York Philarmonic avec Zubin Mahta aux commandes. La cérémonie était présentée par Kirk Douglass et Angela Lansbury, connue pour son rôle dans la série policière "Arabesque". Rapidement ils appelèrent la France où, place Vendôme, un autre concert était organisé. Ainsi les deux cérémonies purent se dérouler en même temps, par écrans interposés. A New-York de grands noms étaient sur scène : Placido Domingo, Yoyo Ma, Leona Mitchell.

François et Danielle Mitterand
Ronald et Nancy Reagan

Dimanche 6 juillet 1986 : 4e jour

La cérémonie de clôture eut lieu dans le stade de football américain de New-York, le stade des Giants. Physiquement sur le sol du New-Jersey, c'était l'enceinte la plus importante des environs de la statue et donc la mieux placée pour accueillir le plus de Monde possible. La cérémonie de clôture fit intervenir de nombreuses personnalités du show business et resta dans les mémoires.


Show télévisé

Bien sûr, qui dit cérémonie grandiose dit show télévisé, surtout pour les Américains qui savent utiliser ce média pour toucher un grand nombre de personnes. L'ensemble de la cérémonie fut organisée par David Woolper, un producteur à Hollywood bien connu à l'époque. Il fut mis en place par la chaîne de télévision ABC qui avait acheté à prix d'or les droits de retransmission aux Etats-Unis et, de nos jours encore, quand on regarde les images, elles sont siglées du logo "ABC". En France la cérémonie a été partiellement retransmise par "la Cinq", une chaîne de télévision n'existant plus de nos jours.

Le show était également retransmis dans plusieurs stades de football américain dans les autres grandes villes des Etats-Unis, et même à New-York elle l'était au stade des Giants.


Autres évènements

Le centenaire de la statue de la Liberté n'a pas seulement été fêté pendant un week-end, il y a eu auparavant, et les jours d'après, encore de nombreuses manifestations à son sujet. Concernant les français l'une des plus importantes - et médiatiques - a été la tournée qu'a effectué la patrouille de France pendant plus de 7 semaines aux États-Unis. En point d'orgue évidemment, le passage des alpha-jets français au-dessus d'Ellis Island devant les spectateurs venus voir les festivités du "Liberty week", le 4 juillet.

Cette cérémonie a aussi été un grand moment pour les relations franco-américaines. La présence des deux présidents n'était qu'un symbole, mais tout fut fait pendant ces trois jours pour mettre en avant les savoir-faire français aux Etats-Unis. Ainsi Danielle Mitterand a passé une bonne partie de l'après-midi du 3e jour sur une jonque dans le port de New-York, à discuter avec des compatriotes qui ont décidé de s'installer aux Etats-Unis pour leurs activités. La majorité était des créateurs de mode. Durant la journée l'ambassadeur de France aux Etats-Unis confirma l'importance de la communauté française à New-York.


2011 : La cérémonie des 125 ans

C'est le 28 octobre 2011 qu'a eu lieu la cérémonie de célébration des 125 ans de la statue de la Liberté. Ca a été l'occasion, pour le député de la circonscription française de Colmar, de faire le déplacement avec une petite délégation alsacienne au cours duquel il lui a été remis une plaque portant l'inscription "En souvenir du geste d'amitié de la France". Au total près d'un millier de personnes ont participé à cette commémoration.


Les festivités du 125e anniversaire

Les festivités de célébration marquant le 125e anniversaire de l'inauguration de la statue ont débuté par une cérémonie de naturalisation pour 125 immigrés venus de plus de 40 pays, dont Haïti, le Honduras, la Chine, la Croatie et le Sénégal. Une française faisait partie du lot, elle devint américaine par mariage. Ensuite, selon le programme officiel, à 10 heures la star Sigourney Weaver lut le poème d'Emma Lazarus "The New Colossus" et le secrétaire de l'Intérieur Ken Salazar présenta la plaque d'amitié au député français en signe de remerciement pour leur don de la statue de la Liberté en 1886. George Cleveland, le petit-fils du président américain ayant inauguré la statue en 1886 était présent. C'était la première fois qu'il mettait le pied sur Liberty Island. La cérémonie s'est poursuivi par un spectacle de musiciens chanteurs, orchestré par Michael Feinstein, puis par une parade navale, tout comme le jour de l'inauguration et celui du centenaire, mais en plus modeste toutefois.

"La signification de la statue a évolué depuis qu'elle a honoré nos côtes il y a 125 ans."

C'est ce qu'a déclaré David Luchsinger, surintendant de la Statue de la Liberté et d'Ellis Island. "Elle a commencé sa vie comme un symbole de l'amitié entre la France et les Etats-Unis, elle est devenue un symbole de notre grand pays, et elle est connue aujourd'hui en tant que symbole international de la liberté pour les peuples partout dans le monde. Ce vendredi est une occasion de célébrer son héritage."

La célébration s'est terminée vendredi soir à 19h45 avec un feu d'artifice parrainé par Macy, qui, pour la première fois en 25 ans, a mis en vedette des pièces pyrotechniques lancés de l'île elle-même. Ce spectacle de 12 minutes fut accompagné par des chants patriotiques, y compris "God Bless America" et "The Stars and Stripes Forever." Après la cérémonie, la Statue de la Liberté a été fermée pendant un an pour des travaux de rénovation, mais Liberty Island est restée ouvert aux visiteurs.


Voir aussi :

. Histoire de la statue.

. Chronologie simplifiée.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Agatha Christie, Marguerite Duras, Charles Baudelaire, dans des domaines divers : Les Pyrénées Catalanes, L'univers Star Trek, L'Art Roman.






Google+